07/12/2012 – 5200 : le glacier Pastoruri

Dans la soirée du vendredi 7 décembre, après quelques sept heures de route de montagne (pour faire un peu plus de 260 kilomètres…), nous arrivons à Huaraz. Cette ville de 117 000 habitants (mais plutôt calme en comparaison avec les autres villes péruviennes) est la capitale du département de Ancash. Elle est située à plus de 3000 mètres d’altitude, entre deux chaines de montagnes (qui font toujours partie des Andes) : la Cordillera Blanca où culminent quelques sommets enneigés (dont le Huascarán, le plus haut du Pérou avec ses 6768 mètres) et la Cordillera Negra, moins haute. La vue qu’on a depuis la ville, juste dans la vallée entre ces deux cordillères, est superbe.

Dès le premier soir nous trouvons, juste à coté de l’hostel, un restaurant qui fait de la viande à la parilla (en gros, au barbecue) où les plats sont bien garnis et très bon marché. Nous en deviendrons fan et, au lieu de cuisiner dans la petite cuisine de l’hostel – ce qui serait plus économique – nous ne pourrons nous empêcher d’y aller à plusieurs reprises…

Nous réservons nos deux premiers jours pour que Belén finisse sont travail pour l’université et l’envoie à sa tutrice – nous aurons la note plus tard : 10/10 ! Entre temps Rebecca nous a rejoints et s’est installée dans notre hostel, nous sommes bien contents de la retrouver. Nous sommes donc trois et prêts pour visiter un peu la région.
Nous n’avons pas beaucoup de temps car nous devons rejoindre l’Equateur (deux jours de route minimum) le 16 décembre au plus tard pour deux raisons :
– notre visa touriste s’arrête le 18 décembre donc nous devons sortir du Pérou et y entrer de nouveau pour avoir trois mois de plus (nous et la voiture).
– Julieta, la sœur de Bel de quinze ans (la plus petite de ses deux sœurs) vient nous rejoindre pour ses vacances. Elle arrive le 17 décembre à Piura (au nord du Pérou, pas très loin de la frontière) où nous allons la chercher à l’aéroport. Elle sera avec nous jusqu’au 31 janvier.

Donc ça nous laisse une petite marge pour visiter cette région de Huaraz qui a l’air superbe.

Lundi 10 décembre nous prenons la route tous les trois, direction le parc national Huascarán pour monter au glacier Pastoruri. J’ai été prévenu qu’il neigeait en France alors, moi aussi, je voulais aller toucher la neige…
La route dans le parc est magnifique, dans une vallée au milieu des montagnes : la Quebrada Pachacoto. Nous nous arrêtons en chemin pour voir une source d’eau minérale gazeuse, le lac aux sept couleurs (un tout petit lac dont le bleu varie en fonction de la position du soleil – malheureusement le ciel est couvert donc il n’est pas si bleu que ça), des peintures rupestres et la Puya Raimondi, cette plante étrange qui ne pousse qu’ici, à 4000 mètres d’altitude : un palmier à l’envers, un champignon géant… Difficile à déterminer.

P1010520
Ojo de agua Pumapashimin – le lac aux sept couleurs

P1010527
La piste bordée par la Puya Raimondi (bien visible à l’extrême droite)

Après une piste qui monte pas mal (mais la 205 est en pleine forme avec ses nouveaux amortisseurs) et une petite averse de grêle, nous laissons la voiture à 4800 mètres d’altitude. Le glacier est à 5200 mètres, il faut encore monter, les filles sont déjà essoufflées avant de commencer. Nous louons donc des chevaux qui nous emmènent jusqu’à 5000 mètres, après quoi il n’y a plus qu’un moyen de continuer : marcher. Après une petite demi-heure de marche dans le froid (et oui à cette altitude il fait bien frais), éprouvante pour les filles – malgré les feuilles de coca qu’elles mâchent – nous arrivons à destination : le glacier est là, nous pouvons le toucher. Ce n’est pas si impressionnant que ce que nous pensions car à cause du réchauffement climatique il est bien plus petit qu’il n’était, ça fait peur, il risque de disparaître complètement fondu d’ici peu…

P1010435
On laisse la voiture, on continue à cheval

P1010450
En route pour le glacier

P1010456
L’arrivée à 5200 mètres après les ultimes efforts

P1010465
Il fait bien frais tout là-haut

P1010471
Une partie du glacier

P1010476
De roche et de neige

P1010496
L’altitude ça fatigue…

Nous redescendons à pied, récupérons la voiture et repassons voir le lac aux sept couleurs car le ciel s’est dégagé, le soleil ne va pas tarder à disparaitre derrière les montagnes.
Je laisse le volant à Belén sur la route du retour, ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas conduit. Elle s’en sort bien en esquivant les trous et les pierres sur la piste du parc. Je récupère les commandes à la sortie pour la route “normale” car la nuit tombe et il est possible qu’on nous arrête pour un contrôle de police (aussi fréquents que sur les routes argentines).

Ce soir nous préparons déjà la sortie de demain…

P1010508
Le soleil ne va pas tarder à se coucher sur la Cordillera Blanca

11---mapa-peru-huaraz

Tony
Huaraz, Ancash, Peru

Anuncios

Deja un comentario - Laissez un commentaire

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s